A la faveur de la campagne électorale en prélude  du scrutin présidentiel du 18 octobre prochain, des acteurs de la société civile constatent que, l’administration guinéenne se vide de plusieurs de ses cadres, parti à l’intérieur du pays pour battre campagne au profit du RPG, le parti au pouvoir. Mieux, ils dénoncent l’utilisation de l’argent public pour financer la campagne dudit parti.  Cette  situation est vue comme une « politisation à outrance des services administratifs » par l’ONG (Cojelpaid). Le RPG dément et se justifie.

Le coordinateur du réseau convergence  des jeunes pour la paix et la démocratie (Cojelpaid) croit fermement que l’administration guinéenne est idéalisée. Ce fait ancré depuis plusieurs années dans les services publics du Pays est anormale dénonce  Abdoul Sakho : «De façon globale, la majorité de l’administration, ils sont tous dans la politique, je ne suis pas là pour le moment pour dire qui et qui ce serait injuste de ma part parce que pendant qu’il y’a plusieurs et je me mets à indexer une seule  personne ,Ce qui est déjà anormal la politisation de l’administration, il faut que les institutions habilitées à monitorer l’utilisation de l’argent fassent leur travail » a-t-il déclaré, précisant que  « les administrateurs doivent être tous  impartiaux ».

Pour le coordinateur du Cojelpaid, il est important que d’avoir  un regard citoyen sur  les sources de financements des partis politiques : « Si toutefois nous n’arrivons pas à connaître  la provenance des  fonds  utilisés par les politiques, ne soyons pas surpris que ces derniers répondent à d’autres  aspirations   que celles des populations », affirme t-il

Ce constat du coordinateur du réseau de convergence  des jeunes pour la paix et la démocratie est une pilule que ne gobe pas le parti au pouvoir. Concernant la politisation de l’administration, Souleymane Keita du bureau politique national  du RPG soutient que : «  Ce qui est interdit c’est de faire la politique dans son service. Mais quand il y’a des élections tous les cadres votent  pour le parti présidentiel ou le parti de l’opposition .Tous les administrateurs  ne sont pas du partis présidentiel, faut pas que les gens créent de la confusion » affirme t-il.

S’agissant de l’utilisation de l’argent public pour le financement du de la campagne du RPG, le conseiller du Pr Alpha Condé  se défend : « Tout le monde sait que le budget de l’Etat est orienté dans les projets étatiques. On n’a pas besoin des fonds de l’Etat pour faire la campagne d’un parti politique, on a participé à plusieurs élections en guinée, on a gagné certains, ce n’est pas bon de faire des procès d’intentions, vous avez quelles preuves que le parti a utilisé les fonds pour sa campagne », conclut   Souleymane Keita.

La campagne présidentielle en cours depuis le 18 septembre dernier se poursuivra jusqu’au 18 octobre 2020.