La République de Guinée est en pleine campagne électorale en prélude au scrutin présidentiel du 18 octobre prochain. Pour mieux exposer son projet de société et visualiser ses ambitions en faveur du pays, chacun des 12 partis politiques en lice a droit à une dizaine de minutes dans le « journal de campagne », diffusé depuis le samedi  19 septembre à la télévision nationale, la RTG. Sauf que ce mardi le principal parti d’opposition l’UFDG crie à la censure de l’élément qu’elle avait fournie pour diffusion.

« Par une censure inacceptable la RTG a saboté le journal de campagne de l’UFDG du jour. Notre élément est passé de 7 minutes à 3 minutes à peine », dénonçait mardi soir Ousmane Gaoual Diallo sur sa page facebook.

Ce mercredi lors d’une interview accordée au site africaguinée.com, le  directeur de la cellule  de communication de l’UFDG a été plus explicite : « Hier on a été déçu de constater qu’ils ont quasiment charcuté l’élément qu’on avait envoyé pour diffusion. L’élément là couvrait la problématique de l’eau dans notre pays, dénonçait l’absence des investissements et la corruption qui a empêché les guinéens d’avoir de l’eau aussi bien à Conakry qu’à l’intérieur du pays. Si on ne peut pas faire campagne avec ça, si on ne peut pas dire que l’eau manque dans notre pays, il y a un problème. Je ne vois pas qu’est-ce qui est injurieux dans ce texte justifiant qu’on censure notre élément », dénonce  t-il.

 « C’est une censure illégale pour laquelle, nous attendons des explications de la HAC », prévient Ousmane Gaoual Diallo, avant d’ajouter  que « C’est quelque chose que nous condamnons et pour lequel, nous attendons des explications avant de nous diriger vers les tribunaux pour obtenir réparation et que les auteurs de ça soient condamnés..  

La  vidéo censurée avait pourtant été  « visionnée et validée » par les services de la HAC informe t-il.  

Poursuivant, Ousmane Gaoual Diallo explique ce qui pourrait être la cause de cette punition: « Avant-hier on a fait cet élément pour rappeler aux guinéens toutes les fausses promesses liées à l’absence d’infrastructures dans notre pays. Ce qui, apparemment aurait fait mousse et ça n’aurait pas plu au gouvernement. Le lendemain, la HAC nous fait savoir que nous avons utilisé le style journalistique et que celui-ci serait réservé aux hommes de médias. Ensuite on nous dit qu’on n’a pas le droit d’utiliser des images d’archives et qu’on doit utiliser des images du jour. Tout ça est farfelu, je ne sais dans quel pays on est », scandalise le jeune politicien.

Sur les réseaux sociaux des militants de l’Union des Forces Démocratique de Guinée dénoncent cette « censure » et préconisent des solutions.

 « Le mieux c’est d’utiliser d’autres canaux comme les réseaux sociaux et nous partagerons les éléments que vous voulez diffuser », commente Elhadj Mohmed Lamine Barry.

« Prochainement partagez parallèlement sur les réseaux sociaux » conseille Aliou Bah

Thierno Abdul Baldé  lui prévient que :« Si vous ne changez pas de méthode de préparation pour ces élections à venir et de s’ouvrir à de nouvelles idées, vous risquez encore une fois de perdre à nouveau ».

Affirmant n’être qu’un « support technique », la RTG par la voix de sa direction générale  dégage toute responsabilité par rapport la gestion du contenu diffusé dans le journal de campagne, celle-ci  étant de la compétence de la HAC.

La Haute Autorité de la Communication n’a pour le moment pas réagit sur cette actualité.