La date du premier tour proposée par la commission électorale, le 18 octobre, n’a pas encore été entérinée par le président Alpha Condé, qui pourrait briguer un troisième mandat.

Un ancien proche du président guinéen Alpha Condé, Ousmane Kaba, est devenu le premier responsable de l’opposition à se lancer dans la course à l’élection présidentielle, samedi 1er août, alors que les adversaires d’un éventuel troisième mandat du chef de l’Etat s’apprêtent à reprendre leurs manifestations. « J’accepte votre proposition d’être le candidat de notre parti pour la prochaine élection présidentielle, que nous allons gagner », a-t-il dit devant environ 200 délégués de son parti réunis à Conakry.

Economiste de 65 ans, plusieurs fois ministre, Ousmane Kaba avait été exclu en 2016 du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), le parti d’Alpha Condé, dont il était un membre influent, après avoir exprimé publiquement son désaccord avec le chef de l’Etat. Désormais dans l’opposition, il dirige actuellement le Parti des démocrates pour l’espoir (Pades), une formation créée en 2017 et qui est surtout populaire dans les milieux urbains et éduqués, notamment en Haute-Guinée, fief également du RPG. Lire la suite ici.