Les opérations de distribution des cartes d’électeurs entamées le 19 septembre dernier vont se poursuivre jusqu’au 18 octobre 2020, date de la tenue de la présidentielle en Guinée. Mais sur le terrain, le constat révèle qu’un citoyen, en plus de sa carte, peut récupérer plusieurs autres auprès des agents en charge de la distribuerons.

Dans les quartiers, Kassognah (Coyah), Simbaya Gare et Hamdanlaye plusieurs  citoyens reçoivent leurs cartes d’électeurs à domicile. Au niveau des centres de distribution des cartes, une seule personne peut récupérer les identifiants de membres de sa famille et de ses connaissances.

Fulbert Koho Guilavogui est un jeune étudiant qui va voter pour la première fois lors de la présidentielle du 18 octobre prochain. Parti récupérer sa carte d’électeur, chez lui à Kassognah, il s’est retourné avec cinq autres cartes: «  J’ai récupéré les cartes de six personnes… Quand nous voyons la carte d’une personne avec sa photo et que c’est une personne qu’on connaît, on le dit et on prend la carte. Ils nous demandent juste: tu connais cette personne? Tu peux l’envoyer sa carte? Quand nous répondons oui, on nous la remet. Donc les membres de la CENI sur place se fient juste à nos paroles et ne vérifient pas », explique le jeune étudiant.

Plus loin il  désapprouve cette méthode de distribution qu’il estime peu fiable et interpelle la CENI : «  ce n’est pas une bonne chose de remettre la carte d’électeur d’un citoyen à quelqu’un d’autre que lui. On ne sait jamais ce qui peut arriver par la suite alors que le vote de tous est important. Les agents de la CENI devraient prendre plus de disposition pour pallier à cette situation », conclut Fulbert Koho.

Si pour récupérer sa carte d’électeur et celles des membres de sa famille, Fulbert a dû présenter son récépissé et ceux de trois autres personnes, le processus est plus décontracté à Simbaya Gare et à Hamdanlaye.

Dans le premier quartier un vieux du nom de Moussa affirme avoir récupéré au moins « 15 cartes d’électeurs », qu’il a déjà rendu aux propriétaires. A Hamdanlaye aussi, un citoyen témoigne que les cartes des membre de sa famille lui ont été ramenée « à la maison ».

Avec cette option de retrait de plusieurs cartes par une seule personne, certains  électeurs risquent de perdre définitivement leurs  identifiants.