Au lendemain des violences survenues dimanche dernier à Kankan, plusieurs citoyens,  pour la plupart des militants de l’UFDG, ont décidé de quitter la ville de Nabaya pour regagner leurs préfectures d’origines.  Ce déplacement, lié aux derniers affrontements enregistrés dans la capitale de la Haute-Guinée, intervient à moins de 5 jours de la présidentielle du 18 octobre 2020. 

Craignant de nouveaux affrontements,  ses victimes des violences pré-électorales ont quitté  Kankan pour regagner Mamou, ce mercredi 14 octobre 2020. Selon le correspondant du site guinee114.com dans cette préfecture, certaines victimes ont presque tout perdu dans les affrontements. Les nouveaux arrivants sont composés essentiellement de femmes et d’enfants. D’autres sources affirment que certains  convois seraient en route pour la Moyenne-Guinée. 

Ces déplacements font suite aux violences du week-end dernier, à l’annonce de l’arrivée du leader de l’opposition Cellou Dalein Diallo dans la capitale de la Haute-Guinée dans le cadre  de la campagne électorale en cours. Le président de l’UFDG s’était vu obligé d’avorter son meeting à Kankan,  pour éviter des accrochages entre les militants du parti au pouvoir et les siens.

Le départ massif des militants de l’UFDG vers des zones où ils ne sont pas fait recenser, pourrait faire perdre des voix au parti lors du scrutin de dimanche prochain. 

Ces déplacements  rappellent les événements de 2010, qui avaient provoqués des centaines de déplacés, des blessés et d’énormes pertes  matérielles entre les deux (2) tours de l’élection présidentielle.

Aboubacar DIAKITE