Les Guinéens ont voté, dans un calme relatif, ce dimanche 18 octobre 2020. A 18 heures, les bureaux de vote ont fermé comme le prévoit la loi électorale guinéenne. Après s’êtres acquittés de leur droit civique, 5 des 12 candidats en compétition ont réagi sur le déroulement du scrutin. Les mots sont forts : « transparence », « alternance », « paix », « bourrage » d’urnes, « anomalies »… réagissent ces compétiteurs.

Alpha Condé : « Nous appelons…à éviter tout acte de violence »

Candidat du RPG/Arc-en-ciel pour un 3eme mandat, après son élection en 2010 et sa reélection en 2015, Alpha Condé a été un des tous premiers à réagir, notamment à la RTG, juste après son vote.

« Mon souhait est que l’élection soit libre, démocratique et transparente. Et que tout se passe dans la paix et dans la tranquillité. Nous allons faire en sorte que les bureaux de vote soient sécurisés.  La Guinée  ne peut  pas se développer s’il n’y a pas de paix, de sécurité et d’unité. Donc, nous appelons tous les candidats à éviter tout acte de violence », a affirmé le candidat sortant.

Cellou Dalein Diallo, le président et candidat de l’UFDG, est “optimiste” 

Après avoir voté dans la commune de Dixinn,  le principal challenger du président sortant a affirmé : « Je n’ai pas d’inquiétudes quant à l’issue du scrutin ».

Lors d’une conférence de presse qu’il a animée à son domicile, Cellou a rassuré que : « La population a montré sa confiance et sa détermination à provoquer l’alternance en ma faveur. Je sais qu’aujourd’hui, il n’y a pas de doute même dans le camp d’en face sur la victoire du candidat de l’UFDG ».

 Makalé Traoré, pour l’alternance dans la paix

Ancienne ministre de la République et l’une des deux candidates à cette élection, Dr.  Makalé Traoré prône le changement dans la quiétude.

« J’ai déjà voté. Quand je suis arrivée, j’ai été bien accueillie par l’équipe qui était-là, le tout s’est très bien passé. Le vote étant un droit, le bulletin de vote est l’arme. Quand on veut une alternance, quand on veut que ce pays soit apaisé et qu’il soit plus juste, il faut aller voter pour que cela puisse changer la donne. Tout cela peut se passer dans la paix ».

Abdoulaye Kourouma, le président et candidat du RRD, évoque de “bourrages”

Le candidat du Rassemblement pour la renaissance et le développement relève déjà des inquiétudes dans le déroulement du vote et évoque même de cas d’intimidations qu’auraient subi ses militants par endroit.

« Nous avons voté dans la paix, dans la cohésion et dans l’accalmie.  Cependant, nous avons des plaintes venant de part et d’autre. On nous parle de bourrages, d’intimidation des délégués  dans beaucoup de sous-préfectures. On essaye quand même d’appeler l’autorité sur place pour tenter d’arranger   les chausses. J’appelle mes militants à la retenue et je leur demande de sécuriser leur vote », affirme le président du RRD.

Dr. Ousmane KABA du PADES : « Nous avons déjà enregistré des anomalies… »

C’est depuis Kankan où il est originaire que le président du Parti des démocrates pour l’espoir (PADES) a exercé son droit de vote.

Sur le site d’informations Guineenews, il a dénoncé le déroulement du vote dans cette ville de la Haute-Guinée. « Je souhaite que les citoyens puissent voter librement comme moi. Je viens de le faire au bureau de vote N°1 de mon village. Mais malheureusement, ce n’est pas le cas. Puisque nous avons déjà enregistré des anomalies. A Kankan ici, mes responsables ont dénombré plus de 449 bureaux de vote alors qu’il devait y avoir 331 seulement dans la commune urbaine de Kankan. Il y a des quartiers illustrés tel qu’à Bordo, dans une cour, nous avons dans une seule cour plus de 10 bureaux, nous avons décompté dans ce quartier 44 bureaux au lieu 32, à Missira également, c’est la même chose, dans les grands quartiers de Kankan ».

Quant à Makalé Camara, la candidate du Front pour l’alliance nationale (FAN), elle n’a pas pu voter, faute de carte d’électeur.