Communiqué :

Alors que les procès-verbaux du scrutin présidentiel du 18 octobre
2020 étaient acheminés vers les commissions de centralisation, des
groupes de jeunes partisans de l’UFDG parfois mineurs ont envahis la
route le Prince au niveau de la T8, Sonfonia, Bambéto et Hamdallaye
Tous pour, selon eux, célébrer, la prétendue victoire du candidat
Cellou Dalein Diallo en érigeant parfois des barricades. Les services
de maintien de l’ordre se sont employés, la plupart du temps par le
dialogue, à les disperser et à dégager la voie. A plusieurs reprises
l’affrontement a été évité de justesse. A 03H00 du matin, plusieurs
groupes de jeunes occupaient encore des tronçons de l’axe Le Prince.

Cette stratégie de célébration forcée, prématurée et injustifiée a été
minutieusement planifiée bien avant le scrutin par Monsieur Cellou
Dalein Diallo. Il a en effet multiplié les déclarations annonçant sa
victoire, allant jusqu’à soutenir qu’il « était impossible qu’il perde
l’élection » et que, dans cette hypothèse, il ne « reconnaîtrait pas
sa défaite » et « refuserait également d’appeler à l’apaisement ». Ces
déclarations ont été accompagnées dans l’après-midi du 18 octobre de
montages audios dans lesquels on faisait dire au candidat du RPG,
avant même le début du dépouillement des votes, qu’il reconnaissait sa
défaite et félicitait le candidat de l’UFDG. Enfin, dans la soirée du
18 octobre, le service de communication officiel de l’UFDG s’est
employé à diffuser de faux résultats et à afficher de faux
procès-verbaux faisant croire à une nette avance de son candidat.

Le Gouvernement condamne ces pratiques illégales, facilitées par la
complicité de certains médias nationaux et étrangers, qui violent la
charte des partis politiques, les injonctions des partenaires
internationaux, les directives de la CENI et la mise en garde du
gouvernement. Elles sont clairement destinées à créer le chaos et à
remettre en cause les véritables résultats qui sortiront des urnes.
Ceci ne peut pas être et ne sera pas accepté.

Le Gouvernement et plusieurs représentations diplomatiques avaient
pourtant mis en garde contre ces pratiques et sur les risques de
crispation et de violences qu’elles pourraient entraîner.

En tout état de cause, la Gouvernement ne se laissera pas distraire
par cette diversion et rassure tous les acteurs de processus électoral
qu’il continuera, à travers ses services concernés, à assumer les
tâches qui lui incombent, notamment la sécurisation du vote et de ses
résultats. Il rappelle qu’il ne sera jamais question de céder au
chantage à la violence et appelle, une fois de plus, au civisme et à
la retenue en attendant les résultats officiels et définitifs.

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement